WWW.CRITICALSECRET.NET — - - —
Accueil du site > Anticolonialism_Créolité_Liberté > « Une certaine lâcheté intellectuelle... »

« Une certaine lâcheté intellectuelle... » 

Remerciements à Serge Letchimy, élu représentatif de la république, à Rafaël Confiant et à tous les écrivains de la créolité, dont la pensée sociale et critique est immense, de rappeler les fondamentaux de la culture française moderne et contemporaine que nous habitons collectivement, mais que chaque jour le pouvoir en place foule au pied et dénie contre la citoyenneté égalitaire, libre et solidaire.

dimanche 12 février 2012, par Raphaël Confiant

     _____/ Présentation de criticalsecret : Le ton des textes politiques de Rafaël Confiant est activiste. Il n’y va pas par quatre chemins pour dire ce qu’il pense de la situation où s’est retrouvé Serge Lechtimy face au ministre Guéant lors de la session de l’assemblée nationale le 7 février 2012 [1]. S’il est ici question des camps de concentration, c’est qu’ils sont l’objet même éclairé par le colonialisme dans le Discours sur le colonialisme, prononcé par Aimé Césaire lors du Congrès mondial des intellectuels pour la paix, à Wroclaw, en Pologne (25-28 août 1948), où il se trouvait entre autres personnalités internationales parmi les plus grands artistes et écrivains progressistes français tels Picasso, Eluard, et d’autres. [2] (A. G. C.)

Le raffut provoqué par les propos tenus à l’Assemblée nationale française par Serge Letchimy, suite à l’affirmation scandaleuse du ministre Guéant selon laquelle « toutes les civilisations ne se valent pas », est dû au seul fait qu’il a osé évoquer le nazisme et ses abominations. Letchimy aurait plutôt évoqué le génocide des Amérindiens ou des Arméniens, l’Apartheid ou l’extermination des Aborigènes que son discours serait passé comme une lettre à la poste.

Comment comprendre cela ?

Simple comme bonjour : il y a un tabou européen sur la destruction des Juifs d’Europe. Un tabou, mais aussi et surtout une manipulation visant à faire le reste de l’humanité supporter la honte et le fardeau de s’être livré à pareille barbarie. D’où l’expression douteuse de « crime contre l’humanité ». Car, en effet, « l’humanité », c’est vague, c’est tout le monde, c’est vous et moi, c’est les Nègres, les Arabes, les Chinois, les Indiens, les Polynésiens tout comme les Européens.

Or, désolé, mes ancêtres n’ont pas construit de chambres à gaz. Ni ceux des Chinois, des Arabes ou des Indiens, me semble-t-il. Ces machines infernales sont sorties tout droit du génie européen et de lui seul. Si donc, je condamne avec la dernière énergie le nazisme, si je considère qu’il s’agit d’une abomination égale au génocide des Amérindiens, à l’esclavage des Noirs ou à l’extermination des Aborigènes, je refuse par contre d’en porter la responsabilité. Je refuse de partager la mauvaise conscience des Européens à l’endroit de ceux qu’ils ont transportés à Auschwitz et à Dachau. C’est comme si on obligeait les Chinois à éprouver de la culpabilité à cause de l’esclavage des Noirs ! Ou les Français à cause du génocide arménien (Tiens, au fait, comme c’est curieux, dès qu’il s’agit d’un génocide qu’ils n’ont pas commis, les Européens savent très bien désigner le coupable ! En l’occurrence les Turcs…)

C’est ce que j’avais voulu expliquer il y a quatre ans dans un article qui m’a valu d’être lynché non seulement par la presse française (« Libération », « Le Nouvel Observateur », « Le Monde » etc.) et internationale (« Le Soir » de Belgique, « The Los Angeles Times » etc.) [3] mais aussi par nombre d’intellectuels antillais et de lumpen-intellectuels comme ce médiocre historien à moitié guadeloupéen au patronyme d’insecticide qui, avec trois comparses universitaires antillais, tout aussi médiocres, a tenté de me faire passer devant le conseil de discipline de l’Université des Antilles et de la Guyane alors que mon article n’avait strictement aucun rapport avec cette dernière ni avec les cours que j’y dispense. A entendre tous ces gens, j’étais le pire des antisémites et à ce titre je devais être cloué au pilori ! Je n’ai guère trouvé, au cours de ce lynchage généralisé, que le quotidien algérien « El Watan » pour prendre ma défense.

Or, l’affaire Guéant/Letchimy vient me donner raison. On n’a pas le droit d’évoquer la destruction des Juifs d’Europe ! Sinon, on se fait dézinguer. Que ne m’avait-on pas dit à l’époque ? Ta carrière littéraire est foutue ! Plus aucun éditeur n’acceptera de publier tes livres ! Fini les prix littéraires ! Finies les invitations à l’étranger ou dans des colloques ! Le Mossad va te descendre ! etc…etc…Nos courageux intellectuels antillais me voyaient déjà mort et enterré. Or, depuis j’ai publié 7 livres, reçu les Prix de l’AFD (Agence Française de Développement) et du Salon du Livre Insulaire d’Ouessant ainsi qu’une trentaine d’invitations de partout (Etats-Unis, Colombie, Trinidad, Tahiti, Angleterre, Japon etc.) que je n’ai pu malheureusement toutes honorer.

Ce refus de dire son fait à l’Europe, cette incommensurable lâcheté, n’est pas propre aux intellectuels antillais, elle sévit chez nombre d’intellectuels du Sud, notamment ceux qui sont planqués dans des universités euro-américaines, des maisons d’édition ou des journaux du Nord. Pour se faire bien voir de leur maîtres et continuer à recevoir émoluments, honneurs et autres, ces lâches avalisent la mystification opérée par l’Occident au sujet de cette abomination européenne que fut le nazisme.

Mystifications à plusieurs niveaux.

Mystification d’abord au niveau de la dénomination même de l’abomination : « Shoah ». Son « inventeur », Claude Lanzman, a déclaré qu’il ne parlait pas l’hébreu !!! Nous non plus. Le reste du monde non plus. Alors pourquoi masquer derrière un mot hébreu mystérieux et incompréhensible, une chose qu’il est si simple de nommer : la destruction des Juifs d’Europe. Là c’est clair ! Là tout le monde comprend ! Là, je sais qui a été la victime et qui a été le bourreau, tandis qu’avec Shoah, tout devient subitement opaque.

Mystification ensuite au niveau de la responsabilité de cette abomination : seuls les peuples européens en sont responsables. Et pas seulement les Allemands, même s’ils furent les plus scélérats. Les Français le sont aussi avec la Rafle du Vel d’Hiv’, les Italiens avec Mussolini, les Polonais, les Tchèques, les Hongrois, les soviétiques etc… Aucun peuple du Sud ne porte la moindre responsabilité dans la construction des chambres à gaz !

Mystification enfin au niveau de l’importance de cette abomination : pour l’Europe__et Claude Guéant l’a encore répété__la destruction des Juifs d’Europe est « le pire crime contre l’humanité ». Dire pareille chose est une insulte envers les dizaines de millions d’Amérindiens, d’Africains, d’Aborigènes et autres qui, eux aussi, ont eu à subir la rage destructrice du colonialisme européen. Un intellectuel honnête devrait dire : la destruction des Juifs d’Europe est aussi pire que celle des Amérindiens, des Nègres, des Aborigènes etc. Pas plus pire ! Pas moins pire ! Aussi pire.

Or, nos chers intellectuels du Sud avalisent sans sourciller ces mystifications européennes, se permettant même de traiter d’antisémite et de vouer aux gémonies ceux, qui, comme je l’ai fait, osent mettre à nu lesdites mystifications. Et il est comique de voir qu’aujourd’hui, les mêmes qui m’avaient cloué au pilori, voler au secours de Letchimy et se fendre de grands discours indignés dans les médias. Bande de farceurs, va ! De lâches aussi. C’est ainsi que vous ne les verrez aucunement dénoncer l’entreprise de Recolonisation du monde qu’entreprend l’Occident depuis une dizaine d’années, depuis l’invasion de l’Irak en fait, cela au motif d’y détruire des armes de destruction massive (qui n’y ont jamais été trouvées). Recolonisation qui s’est manifestée ensuite en Afghanistan, en Côte d’Ivoire, en Libye et dans le soutien apporté par les Euro-étasuniens aux régimes islamo-obscurantistes au détriment des régimes laïcs. Aujourd’hui, en Tunisie, à l’Université de la Manouba, des étudiantes essaient d’imposer le port du niqab ; en Irak, les chrétiens fuient le pays en masse ; en Libye, les Noirs sont pourchassés ; en Égypte, les homosexuels sont menacés de mort etc… Les Occidentaux appellent ça « le printemps arabe » !

Pire : loin de dénoncer cette recolonisation, nos intellectuels du Sud essaient de nous vendre l’idéologie du « Tout-monde il est beau, Tout-monde, il est gentil » et de l’échange des imaginaires. Au nom d’un humanisme new-look et globalisé, ils ne font qu’endormir les consciences en redorant le blason de la civilisation occidentale grimée sous les oripeaux du « United Colors of Benetton ».

Je persiste donc et signe : oui, la destruction des Juifs d’Europe est une abomination. Oui, il faut la condamner avec la dernière énergie. Oui, le saccage de cimetières juifs et l’apposition de croix gammées sur les synagogues, comme c’est régulièrement le cas en France, doivent être fermement dénoncés. Oui, voir partout la main d’un « lobby juif » est une sottise (sinon il y a longtemps que ma carrière littéraire aurait été brisée).

Oui, oui et oui !

Non, en tant que descendant d’esclave, je ne porte pas la responsabilité de la barbarie nazie. Non, je ne m’en sens pas coupable. Non, je n’ai pas de mauvaise conscience envers les Fils de Sion et je suis scandalisé, horrifié même, qu’après avoir traversé une telle tragédie, ils crucifient aujourd’hui le peuple palestinien.

Non, non et non !

Aucun intellectuel du Sud n’a eu jusqu’à présent le courage de dire clairement cela ! Eh bien, je le dis et redis, comme il y a quatre ans, et cela quelles qu’en soient les conséquences.

© Raphaël Confiant
(avec son autorisation)

Le logo est un portrait photographique de Rafaël Confiant accompagnant son texte Fièvre antillaise et Printemps arabe, publié le 4 février 2012 dans Afrique Magazine.


Ndlr :

SIGNER EN LIGNE LA PÉTITION POUR SERGE LECHTIMY

Voir en ligne : Montray Kréyol : UNE CERTAINE LACHETE INTELLECTUELLE…

P.-S.

Ce texte paru dans le blog de Raphaël Confiant du magazine Montray Kréyol du 10 février 2012 a été reproduit le même jour dans le blog Bel Balawou « Blog d’informations politiques, économiques et sociologiques offrant une vision alternative du monde et des problèmes de société ! ».

Montray Kréyol (... créole) : Le blog de Rafaël Confiant.

Facebook Rafael Confiant.

- - - - - - - - - -

- Le fonds Confiant accessible à la Librairie Gallimard en ligne (6 pages).

- Quelques livres en créole et sur le créole par Rafaël Confiant et avec d’autres écrivains, accessibles sur amazon.fr.

- Les livres de Rafaël Confiant disponibles sur amazon.fr (3 pages).

- Sur la langue créole des petites Antilles, site tenu par Marie-Christine Hazaël-Massieux, professeur émérite de linguistique (université d’Aix-Marseille où Rafaël Confiant a étudié).

- Le site île en île.

- Des bio-bibliographies et des recensions d’ouvrages @ Liste de lecture.

Notes

[1] NdCS : Assemblée nationale, séance publique du 7 février 2012 Serge Lechtimy et rappels au règlement.

[2] NdCS : Il n’est pas négligeable pour comprendre comment s’est formée la pensée politique antillaise de la créolité, comme contribution culturelle et sociale par la singularité pour le monde, d’informer qu’après le Congrès de Wroclaw Aimé Césaire prit peu à peu sa distance avec le "centralisme démocratique" aligné des partis sur le dogme nationaliste stalinien, et la hiérarchie autoritaire, et finalement rompit avec le parti communiste français dès le deuxième jour de l’insurrection de Budapest, par une lettre de démission adressée le 24 octobre 1956 au dirigeant Maurice Thorez, alors que les chars soviétiques n’étaient pas encore entrés dans la ville. On peut lire cette lettre dans le site Les mots sont importants (suivre le lien). Cette lettre de rupture est remarquable car elle paraît annoncer en toute cohérence progressive du Discours sur le colonialisme les bases de l’anticolonialisme comme lutte des classes anti-impérialiste singularisée par la libération des cultures, et donc anticipe le mouvement de la créolité. Voici en citation le dernier paragraphe intégral :

- « Ma conception de l’universel est celle d’un universel riche de tout le particulier, riche de tous les particuliers, approfondissement et coexistence de tous les particuliers. Alors ? Alors il nous faudra avoir la patience de reprendre l’ouvrage, la force de refaire ce qui a été défait ; la force d’inventer au lieu de suivre ; la force « d’inventer » notre route et de la débarrasser des formes toutes faites, des formes pétrifiées qui l’obstruent. En bref, nous considérons désormais comme notre devoir de conjuguer nos efforts à ceux de tous les hommes épris de justice et de vérité pour bâtir des organisations susceptibles d’aider de manière probe et efficace les peuples noirs dans leur lutte pour aujourd’hui et pour demain : lutte pour la justice ; lutte pour la culture ; lutte pour la dignité et la liberté ; des organisations capables en un mot de les préparer dans tous les domaines à assumer de manière autonome les lourdes responsabilités que l’histoire en ce moment même fait peser si lourdement sur leurs épaules.

Dans ces conditions, je vous prie de recevoir ma démission de membre du Parti Communiste Français.

Aimé Césaire, Paris, le 24 octobre 1956. »

[3] NdCS : Il s’agit du lynchage médiatique provoqué par la publicité d’une lettre de mailng liste privée de Raphaël Confiant abusivement divulguée par le journal Le Monde, et parue pour finir dans le magazine Antilla N° 1224, du 6 novembre 2006. La faute (pardonnable) de Dieudonné (suivre le lien) est le titre de cette lettre qui le voua aux gémonies, parce qu’il y exprimait une fraternité de métisse face au racisme contre la personne de Dieudonné alors diabolisé dans l’environnement social de la loi Gayssot (suivre le lien), à cause de ses positions radicales pour les palestiniens. Des années plus tard la lecture révèle que taxer Confiant de propos antisémites était inadapté, mais en outre procédait d’une lecture interprétative aveuglée par le parti de ne reconnaître parmi les racismes que l’antisémitisme, et par conséquent l’accusation spéculative procédait d’une malveillance à l’encontre d’un descendant d’anciens colonisés ou d’esclaves.

1 Message

  • « Une certaine lâcheté intellectuelle... »  13 février 2012 14:32, par Lul

    Une raison, peut-être, à part la question de la domination coloniale de l’Europe, qui fait que les européens et particulièrement les français sont très mal quand on aborde l’extermination des juifs, qui certes n’ont pas le monopole d’avoir été exterminés par les européens (et parce qu’il n’y avait pas que l’Allemagne puisqu’il y avait les États collaborationnistes en outre de l’histoire des persécutions depuis des lustres), ou encore par les européens émigrés (dont aux USA) — pour les amérindiens natifs d’une part et la déportation des esclaves d’Afrique et leur descendance native des pays qui les exploitaient puis les laissèrent pour compte, les rendant victimes du lynchage, d’autre part —, ou par les japonais — pour les peuples dont ils ont occupé les pays — c’est que les juifs étaient des européens natifs, même les migrants, et nombre d’entre eux avaient leur statut civique de citoyens dans les pays où ils résidaient et contribuaient aux sociétés des plus petits métiers aux plus hauts. Et c’est vrai qu’il y a des antécédents avec les arméniens en Turquie car les arméniens comptaient aussi des citoyens du plus bas au plus haut niveau des affaires et de l’État. Et évidemment c’est là que le Discours sur le colonialisme de Césaire prend tout son sens quand il révèle les camps par le colonialisme : ce que les pouvoirs colonialistes ont fait aux colonisés annonçait ce qu’ils pouvaient faire dans leurs propres métropoles contre leurs peuples natifs... et d’ailleurs c’est plus que jamais ouvrable dans le monde actuel qui se durcit. C’est une partie du peuple européen intramuros, natif depuis plusieurs siècles, qui a été exterminé dans les camps nazis. Alors bien sûr, il n’y a pas que des raisons solidaires du colonialisme sioniste qui peuvent animer la réaction de ne pas vouloir entendre ça, car les pouvoirs européens ont été complices du nazisme, et que Letchimy ait rappelé tout simplement le fond même du Discours de Césaire touche dans un "traumatisme" d’être les descendants des collaborateurs. Étant trop pour eux d’être des exterminateurs généralisés ils préfèrent s’en tenir aux juifs et ignorer les racismes exterminateurs contre les peuples colonisés extramuros — surtout qu’ils continuent contre ces derniers tant extramuros qu’intramuros...

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0