WWW.CRITICALSECRET.NET — - - —
Accueil du site > Anticolonialism_Decolonization_Freedom > GAZA : Chagrin, Horreur, Atrocité, Mémoire

GAZA : Chagrin, Horreur, Atrocité, Mémoire

jeudi 24 mai 2018, par Louise Desrenards (Traduction), RICHARD FALK (Auteur)

Autant qu’un œil moral puisse le voir, cette confirmation violente de nos pires craintes et perceptions scelle un destin négatif pour Israël.


CHAGRIN

Comment ne pas ressentir un chagrin intense pour les jeunes Palestiniens qui, par désespoir et furie, ayant rejoint la Grande Marche du Retour, ont si souvent trouvé la mort et les blessures graves qui les attendaient alors qu’ils approchaient de la frontière désarmés !?

Ce n’était pas un événement gratuit, ni quelque chose qui s’était produit spontanément de chaque côté. Après 70 ans de souffrance palestinienne, sans fin de ce tourment en vue, montrer au monde et à autrui leur passion était ce qui serait vu comme normal, voire admirable, démontrant un esprit de résistance qui a duré après des décennies de répression, de violence, d’humiliation et le déni du plus fondamental des droits. Après 70 ans d’État d’Israël, cette confirmation violente de nos peurs et de nos perceptions les plus meurtrières aussi loin qu’un œil moral peut le voir scelle un destin négatif pour Israël.


HORREUR

Lorsqu’elle est exposée à de telles images visuelles de la résistance et de la violence des tireurs d’élite, la scène exprime l’horreur du frottement de l’acier contre la chair crue. Il n’y a aucun moyen de saisir cette cartographie particulière du risque, de la vulnérabilité et de la sécurité que d’avoir recours au langage et à l’imagerie de l’horreur. Un tel triste récit d’horreur restera des deux côtés pour hanter à la fois les souvenirs collectifs et individuels, mais l’un avec une fierté tragique, l’autre avec une honte refoulée.

L’horreur a été amplifiée en coïncidant avec des événements obscènes à Jérusalem où les Américains représentant la présidence de Trump, y compris Ivanka Trump, Jared Kushner et l’ambassadeur américain David Friedman, ont fait preuve d’infamie aux États-Unis par l’indécence de leur indifférence aux crimes contre l’humanité commis sans vergogne tandis qu’ils parlaient. Une telle insensibilité morale et politique ne doit pas et ne devra pas être oubliée.


ATROCITÉ

Les mots sont tout ce que nous avons mais ils conviendront, et nous savons à l’instar de l’enseignement de Thomas Merton que certains crimes sont situés dans le domaine de l’indicible.

Les occasions d’indignation à propos du traitement du peuple palestinien sont nombreuses, mais la réaction israélienne à cette marche palestinienne atteint un niveau de misère morale nouveau, politiquement et juridiquement. Cela invoque le cri de conscience des chefs religieux dans la dernière étape de la guerre du Vietnam, exprimée par leur compilation consciencieuse des actes criminels de la violence américaine commis dans un Vietnam relativement sans défense, sous le titre révélateur — PAS EN NOTRE NOM [1]

En tant que Juifs, en tant qu’Américains, en tant qu’êtres humains, n’est-il pas temps de prendre une position similaire, et au moins de créer une distance symbolique entre les auteurs de ces crimes et nous-mêmes ?

L’indigence des revendications israéliennes du droit de légitime défense ou d’attribuer le martyre palestinien au Hamas sont si superficielles et manquent tellement de crédibilité qu’au lieu de fournir des justifications elles discréditent davantage cette exposition de violence homicide à grande échelle et n’apparaissent pas comme un incident isolé mais comme une série de reconstitutions arrogantes.


MÉMOIRE

Pas avec des mots ou des arguments, mais avec des larmes et les larmes ne suffiront pas.

Certainement le Martyre de Gaza, pouvant apparaître comme une sorte de lien silencieux entre le peuple palestinien et les victimes africaines du Massacre de Sharpeville (1960) ou américaines des marcheurs pour les droits civiques à Selma (1965), est bien pire !

De cette obscurité viendra une inspiration encore non révélée.


Source Richard Falk, « GAZA : Grief Horror Outrage Remembering »
le 15 mai 2018, richardfalk.wordpress.com

Traduction CC BY-NC-SA 4.0 Louise Desrenards, le 23 mai 2018
https://www.criticalsecret.net/GAZA-Chagrin-Horreur-Atrocite.html


P.-S.

En logo, un portrait de Richard Falk extrait du site du Centro Studi Sereno Regis à Turin.
CC BY-NC-SA 3.0 IT

Notes

[1] NOT IN OUR NAME.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0