WWW.CRITICALSECRET.NET — - - —
Accueil du site > Anticolonialism_Decolonization_Créolité_Freedom > Gaza renaîtra de ses cendres, mais Israël récupérera-t-il la santé mentale (...)

Gaza renaîtra de ses cendres, mais Israël récupérera-t-il la santé mentale ?

2014 vu d’Israël

dimanche 24 août 2014, par Louise Desrenards (Traduction), Michel Warschawski

"De grâce, Abou Mazen [1] — ne tombe pas une fois de plus dans le panneau : Netanyahou est bien dans la mouise, mais il n’a aucune intention, une fois sorti du piège où il s’est lui-même enferré, de mettre fin à l’occupation coloniale. Sauf si on l’oblige a le faire. BDS !"

Blog

Seuls contre quatre…

La résistance de Gaza et celle de sa direction politique nous obligent à dire "chapeau !", pour la détermination, l’obstination, le courage et l’abnégation de ces extraordinaires Palestiniens — réfugiés pour beaucoup d’entre eux –- qui refusent de baisser les bras devant l’agression israélienne et d’accepter des compromis qui seraient en deçà de ce qu’ils considèrent légitimement comme des droits, donc inaliénables et non-négociables. En particulier et avant tout, que le blocus illégal et criminel soit enfin levé.
La résistance de la population de Gaza et du Hamas est d’autant plus remarquable qu’ils se battent simultanément sur quatre fronts : Israël, bien sûr, mais aussi la dictature militaire égyptienne, la "communauté internationale" et, disons le clairement, le gouvernement palestinien de Ramallah. [...] (Michael Warschawski, Facebook, 23 août 2014)


Gaza renaîtra de ses cendres Mais Israël récupérera-t-il la santé mentale ?



Politiquement, je préfèrerais être aujourd’hui Khaled Mashaal que Benjamin Netanyahou : après un mois d’une agression terrible et sanglante, Israël devra payer un lourd — mais justifié — coût politique, inclus une levée partielle de l’inacceptable siège de sept ans de la Bande de Gaza. Pas de doute, la résistance héroïque du peuple de Gaza, sous la direction du Hamas, malgré les moyens militaires ridicules dont elle disposait, a vaincu la quatrième armée du monde.
L’aspect des opérations militaires c’est en réalité une défaite politique pour Netanyahou et ses généraux. Après deux mois sanglants, le Hamas est non seulement capable de continuer à perturber la vie israélienne au jour le jour, mais a gagné une énorme popularité parmi tout le peuple palestinien, tandis que le président Mahmoud Abbas exerce le rôle d’un médiateur de l’ONU.
Le nombre des victimes civiles palestiniennes est énorme, et tôt ou tard devra être traité par le Tribunal Pénal International. Les destructions sont invraisemblables, et la reconstruction peut nécessiter plusieurs années. Gaza se remettra toutefois de ses ruines, pas de doute à ce sujet. La question est de savoir s’il y a une chance pour que la société israélienne récupère un peu de santé mentale, ou si l’on doit plutôt atteindre la conclusion que le syndrome de folie de Gaza soit devenu une déformation structurelle, irréversible.
Le consensus national israélien qui adosse le massacre est le résultat d’un processus de quinze ans de détérioration de la société israélienne, à la fois politique et éthique, un processus qui ne peut être défini autrement que par le mot fascisation, de haut en bas : des nouvelles lois ouvertement racistes, un discours publique raciste, la violence civile et politique, la délégitimation des voix dissidentes.
Pas étonnant que la minorité qui garde une sorte d’intégrité morale parle d’émigration. Il y a quelques semaines, je me tenais avec ma fille de 30 ans et certains de ses amis, la plupart d’entre eux viennent d’un contexte de classe moyenne éduquée. Les paroles de Maya reflétaient l’état ​​d’esprit général : « Michel, tu connais le monde : peux-tu nous suggérer un endroit où aller" "Pour des vacances ?" "Non, pour de bon. Je ne peux plus vivre plus ici, dans cette atmosphère de violence et l’incapacité de faire comprendre, même à mes amis proches, la plupart du temps, que nous nous précipitons vers un suicide collectif. Ils deviennent sourds et stupides ..." Maya et ses amis sont tous nés à Jérusalem, et Israël est leur environnement naturel, leurs odeurs et leurs couleurs. Mais l’odeur est devenue fétide, et les couleurs rouges de sang.
En fait, auraient-ils pu habiter Israël, ils ont quitté le pays à cause de la malveillance et des gens fous comme ceux qui, il y a quelques mois, ont brûlé vif Mohammad Abu Khdeir. Une exception ? Peut-être encore, mais malheureusement un effet de quinze ans de racisme institutionnel. Il y a près d’un demi-siècle, le professeur Yeshayahu Leibovitz avait prédit que si l’occupation coloniale devait durer, Israël deviendrait un État judéo-nazi. Nous pourrions bien avoir atteint l’accomplissement annoncé par le plus grand intellectuel israélien.


M. W.


Source Alternativenews — site de l’Alternative Information Center.


* Si le tweet qui apparaît dans la fenêtre d’envoi est trop long, (le nombre de signes en excès apparaissant dessous, précédé de : "-") le raccourcir avant de l’envoyer, en prenant soin de ne pas supprimer le lien même de l’article. / * If the content of the tweet is too long (the number of characters in excess is indicated by a negative value), please shorten it and make sure you do not crop the link.


P.-S.

- Le logo est celui de la page Facebook de Michael Warschawski.

- La photo est extraite de l’article : Palestinian boy Mohammed Abu Khdeir was burned alive, says official, Peter Beaumont, The Guardian - The Observer, July 5 2014.

- Durant les mois de juillet et d’août la police israélienne a été accusée par le Département d’État des USA d’avoir ciblé la famille de Mohammed Abu Khdeir, dont 35 membres furent arrêtés en Cisjordanie pendant l’agression sur Gaza : U.S. accuses Israel Police of targeting slain Palestinian boy’s family ; Nir Hasson, Hareetz, August 21, 2014.


Pour mémoire

Yeshayahou Leibowitz (1903 -1994)


Notes

[1] "Nom de guerre" de Mahmoud Abbas comme membre du Fatah.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0